, apprendront l'art de la cohabitation humaine : savoir dire et savoir écouter. Le langage nous donne le sentiment et la conscience d'appartenir à une communauté. L'espace s'élargit et le temps se rallonge : nous sommes unis par la langue à une terre et à un temps, Nous sommes une histoire, 1997.

, le silence est indissociable de la parole en au moins deux sens : d'une part, la parole apparaît comme une étape naturelle dans la vie de l'homme, qui apprend à parler au sein d'une communauté linguistique, parle tout au long de sa vie et retourne au silence lorsqu'il meurt ; d'autre part, le silence contribue à la signification de la parole, au même titre que l'espace blanc autour et au sein du poème collabore à la construction du sens du poème. Quant à la otredad, la reconnaissance de cet élément qui est d'une autre nature que le je, permet à l'homme de redécouvrir le monde comme un tout, de comprendre qu'il en fait partie, d'établir une connexion avec le tu, de dépasser les contraires, Conclusion L'étude de la négation dans l'oeuvre d'Octavio Paz, à travers les notions de silence et de otredad, nous permet d'affirmer que

J. Alazraki, « Para una poética del silencio, Cuadernos Hispanoamericanos, pp.157-186, 1979.

C. Chauviré, Lire le Tractatus logico-philosophicus de Wittgenstein, 2009.

R. Forgues and O. Paz, El espejo roto, Publications de l'université de Murcia

J. García-sánchez, « Octavio Paz -Wittgenstein : la palabra silenciada, Cuadernos Hispanoamericanos, pp.43-63, 1979.

P. Gimferrer, Lecturas de Octavio Paz, 1980.

P. Giraud, Octavio Paz. Vers la transparence, 2002.
URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02486028

H. Glock, Dictionnaire Wittgenstein, 2003.

P. Hadot, « Una trampa verbal ? La fijeza es siempre momentánea, Wittgenstein et les limites du langage, pp.111-121, 1979.

S. Palma, « La lengua y los signos en la obra de Octavio Paz », Actes du colloque Todos los rostros son un solo rostro. Octavio Paz a cien años de su nacimiento, 2014.

O. Paz, El arco y la lira, Corriente alterna, 1967.

O. Paz, , 1967.

O. Paz, El laberinto de la soledad, 1950.

O. Paz, El mono gramático, 1970.

O. Paz, Los signos en rotación, 1966.

O. Paz, Barcelona : Galaxia Gutenberg, 1935.

O. Paz, Miscelánea I : Nuevos escritos, vol.13, 1993.

O. Paz, Obras completas, vol.15, 1993.

E. M. Santí, El acto de las palabras, Estudios y diálogos con Octavio Paz, 1997.

L. Wittgenstein, Tractatus logicophilosophicus, 1922.