Le Parménide de Platon : une cosmologie sans kosmos ? - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Etudes platoniciennes Year : 2019

Le Parménide de Platon : une cosmologie sans kosmos ?

(1, 2)
1
2

Abstract

The aim of this paper is to question the absence, in the second part of Plato’s Parmenides, of the word kosmos and kindred words such as diakosmos etc., whereas they are frequent in others Plato’s dialogues, a question all the more necessary if one admits that this second part should be understood as a “toolbox for cosmology” as Luc Brisson has rightly showed. One may be astonished about such an absence whereas the study of the relevant texts concerning the historical Parmenides reveals that he uses such words as kosmos and diakosmos. Now the study of this second part shows that the use of opposites obeys a logic of enantiomorphic, antilogic, heuristic and circular affections (pathé) and that the eight hypotheses are based on a systematic combinatory use of opposites, the mechanism of which is the radical opposition between separation and radical participation, an opposition which is invalidated by the Sophist. The comparison with the Sophist, the Timaeus, and the Philebus, makes it possible to tell why the enantiomorphic logic of the pathemic participation is sterile. It is so because it fails to reconcile the contraries in a selective and musical “sumplokè” capable of building a kosmos involving a mathematical model (logistikè) that could establish a medium between the opposites. Parmenides’ model functions as a repellent for this kosmological model, the inspiration of which is Pythagorean (whether it is Plato’s fiction or not is not a question we shall enter here) because, among all, it lacks of harmony and music by privileging diakrisis and the goddess Necessity, associated to parturitions incapable of generating a kosmos.
Si la deuxième partie du Parménide, selon l’hypothèse de L. Brisson, est bien une « boîte à outils » préalable à la cosmologie, on peut s’interroger sur l’absence dans ce dialogue du mot kosmos et de ses dérivés comme diakosmos etc., alors qu’ils sont fréquents dans l’ensemble des dialogues cosmologiques de Platon et que le Parménide historique en use lui-même. L’examen attentif de cette « boîte à outils » met en évidence une logique d’affections (pathè) « énantiomorphique », antilogique, heuristique et circulaire, et qui possède un écho dans les fragments du Parménide historique comme en témoigne un examen des textes pertinents. On montre ensuite que les huit hypothèses du Parménide reposent sur une combinatoire dont le mécanisme est constitué par l’opposition de la séparation et de la participation, opposition invalidée par le Sophiste. Enfin, la comparaison avec le Sophiste, le Timée et le Philèbe permet d’affirmer que selon Platon, la logique antilogique « énantiomorphe » de cette participation est stérile : elle ne parvient pas, en effet, à concilier les contraires dans une sumplokè musicale capable de fabriquer un kosmos, c’est-à-dire impliquant un modèle mathématique « logistique » susceptible d’établir une médiation entre les contraires. Le modèle de Parménide servirait de répulsif à ce modèle kosmologique d’inspiration pythagoricienne (qu’il soit ou non une fiction de Platon) parce qu’entre tous, ce modèle manque d’harmonie et de musique, en privilégiant la diakrisis et la déesse Nécessité, vraisemblablement associée à des parturitions incapables de générer un kosmos.

Dates and versions

hal-02545734 , version 1 (17-04-2020)

Identifiers

Cite

Anne Gabrièle Wersinger Taylor. Le Parménide de Platon : une cosmologie sans kosmos ?. Etudes platoniciennes, 2019, Le Parménide de Platon, 15, ⟨10.4000/etudesplatoniciennes.1535⟩. ⟨hal-02545734⟩
32 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More