Écho ou les dangers de la voix dans la littérature élisabéthaine - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Savoirs en Prisme Year : 2016

Écho ou les dangers de la voix dans la littérature élisabéthaine

(1)
1

Abstract

S’il est un mythe fondé sur un malentendu, c’est bien celui d’Écho et de Narcisse. En effet, leur histoire commence par un quiproquo sonore et verbal qui entraîne la nymphe vers son destin tragique (cf. Ovide, Les Métamorphoses, III). Ce mythe est fondamental car, au-delà de la fable, il pose le rapport du même et de l’autre, du fonctionnement de la communication et de son dévoiement. Il montre comment de la répétition peut se créer la déformation et de cet écart naître un autre sens. Ce mythe pose également la question de ce que l’on croit entendre (illusion sonore) et de la véritable altération du son et des mots dans la Nature qui vient d’un jeu entre la proximité et la distance. Nous étudierons comment la littérature notamment au XVIe siècle a exploité ce phénomène sonore naturel pour en faire un procédé littéraire très apprécié dans la pastorale mais aussi dans la tragédie, comme nous le verrons dans Roméo et Juliette de Shakespeare, pièce de la répétition, du chuchotement et des méprises ainsi que dans d’autres de ses pièces ou poèmes qui explorent les méandres de la voix et le brouillage des signes (Titus Adronicus, Venus and Adonis…).
Fichier principal
Vignette du fichier
SAVOIRSEP_05_2016_07_Maure_101-120.pdf (682.74 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Publisher files allowed on an open archive

Dates and versions

hal-03179701 , version 1 (24-03-2021)

Licence

Attribution - NonCommercial - ShareAlike - CC BY 4.0

Identifiers

Cite

Cécile Mauré. Écho ou les dangers de la voix dans la littérature élisabéthaine. Savoirs en Prisme, 2016, Les espaces du malentendu, 5, pp.101-120. ⟨10.34929/sep.vi5.127⟩. ⟨hal-03179701⟩
22 View
39 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More