Haitians’ Strategies of Access in Housing in the Cayenne Agglomeration as Urban Restructuring Factors - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles L'Espace Politique Year : 2009

Haitians’ Strategies of Access in Housing in the Cayenne Agglomeration as Urban Restructuring Factors

Les stratégies d’accès au logement des Haïtiens dans l’agglomération de Cayenne comme facteurs de restructuration urbaine

(1) , (2, 3)
1
2
3

Abstract

Haitian migration in French Guyana started during the 1960s. However, at the beginning of the 1980s, political determinants have transformed the receiving country from a place of a temporary and an economic migration into a new home country. Today, as the biggest size of foreign population in Guyana, Haitians are looking for social integration. Also, they are associated to dynamics of access to land and decent habitat. Changing places to leave in the Cayenne agglomeration is closely connected to both the evolution of the individual project of migrants and their administrative status. Both parameters are conditions of urban trajectories which generate recompositions and socio-spatial fragmentations by illegal urban settlements. Moving statuses of previous houses from illegality to a legal situation sparks a negotiation process with various actors and interest groups. This dynamic involves political organizations, unions, public institutions and private land and house ownerships. In this view, the incorporation of immigrants in these organizations corresponds to their will to legally secure a former illegal construction made in a context of a discriminatory land legislation. In other words, choices of integration/reintegration of Haitian migrants affecting land use cut across multi-ethnic claims of coalitions of mobilizing grassroots. This pressure of the pluri-ethnic civil society on local governments gives new socio-economic rights in standard housing to naturalizing and needy people. Nevertheless, by pressuring the French State to recognize in an inclusive way the rights of all its citizens, this local social movement strongly differs from claims of a specific ethnic community in the Guyanese society; in the meantime, it is fueled by informal socio-cultural networks of various migrant communities.
L’immigration haïtienne date des années 1960 en Guyane française. De temporaire et économique, elle se qualifie, à partir des années 80, par des déterminants politiques et une installation pérenne. Aujourd’hui première nationalité étrangère dans le département, elle est en quête d’intégration sociale. Aussi est-elle associée aux stratégies d’accès au foncier et à l’habitat. Les mobilités résidentielles dans l’agglomération de Cayenne sont étroitement liées à l’évolution du projet migratoire et au statut administratif. Ces deux paramètres conditionnent les trajectoires urbaines générant des recompositions et des dynamiques de fragmentations socio-spatiales par des implantations urbaines illégales. La régularisation des occupations, a posteriori, s’inscrit dans un processus négocié et des systèmes d’acteurs, impliquant les organisations politiques et syndicales, les institutions publiques, les propriétaires privés. Dans cette optique, l’investissement des immigrés correspond à leur volonté de légaliser des constructions antérieures réalisées illégalement dans le contexte d’une législation foncière discriminatoire. En d’autres termes, les choix d’intégration/réintégration des immigrés haïtiens affectant les pratiques foncières se diluent dans les revendications multiethniques de coalitions. Cette poussée de la société civile pluriethnique sur les pouvoirs locaux donne aux immigrés de nouveaux droits socio-économiques dans le logement décent. Toutefois, si ce mouvement social local semble s’affranchir du cloisonnement communautaire de la société guyanaise, en revendiquant, par rapport à l’État, la reconnaissance des droits du citoyen, il s’articule, en fait, avec les réseaux socioculturels et informels par rapport aux autres communautés.

Dates and versions

hal-03565136 , version 1 (10-02-2022)

Licence

Attribution - NonCommercial - NoDerivatives - CC BY 4.0

Identifiers

Cite

Zéphirin Romanovski, Frédéric Piantoni. Les stratégies d’accès au logement des Haïtiens dans l’agglomération de Cayenne comme facteurs de restructuration urbaine. L'Espace Politique, 2009, Marquages territoriaux et reconnaissance communautaire dans l'outre-mer français, 6 (3), ⟨10.4000/espacepolitique.1009⟩. ⟨hal-03565136⟩
5 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More