Signalement des violences conjugales aux urgences d’un centre hospitalier universitaire - Université de Reims Champagne-Ardenne Access content directly
Journal Articles Annales françaises de médecine d'urgence Year : 2023

Signalement des violences conjugales aux urgences d’un centre hospitalier universitaire

C. Edange
  • Function : Author
A. El Adli
  • Function : Author
A. Thierry
  • Function : Author

Abstract

Aims : In 2019, 213,000 women (18–75 years old) were victims of physical and/or sexual domestic violence in France, and 18% filed a complaint. In this context, the University Hospital of Reims, the Public Prosecutor of Reims, and the association “LE MARS France Victime 51” decided to set up a reporting system for domestic violence within the emergency department. The main objective of this study was to describe the population of patients visiting the emergency department for whom domestic violence was known or suspected during the interview. The secondary objectives were to describe the subpopulation of patients accepting the report to the Public Prosecutor and the factors associated with this acceptance. Methods : This was a cross-sectional, observational, prospective, monocentric study, over a 6-month period. For each patient agreeing to participate in the study, a questionnaire was filled out with information about the reported event, history, and data about the emergency room visit. Results : In total, 47 patients were included, with the mean age of 34 years, and 46 were women; 33 (70%) agreed to be reported. In the “Accept” group, age was higher ( P < 0.001) and alcohol abuse by the spouse was more frequent ( P = 0.045). Fractures were present only in the “Accept” group. In the “Refuse” group, the first child was younger ( P = 0.007) and a history of spousal abuse by another abuser was more common ( P = 0.025). In the multivariate analysis, only age and the desire to file a complaint remained significantly associated with reporting ( P = 0.006 and P = 0.03, respectively). Conclusion : This study showed that direct reporting had a high acceptance rate among victims, facilitating the judicial process, and identified factors associated with refusal to report.
Objectif : En 2019, 213 000 femmes (18–75 ans) étaient victimes de violences conjugales physiques et/ou sexuelles en France, et 18 % portaient plainte. Dans ce contexte, le CHU de Reims, le Procureur de la République de Reims et l’association « LE MARS France Victime 51 » ont mis en place un dispositif de signalement des violences conjugales au sein des urgences. L’objectif principal de notre étude était de décrire la population de patients consultant aux urgences, pour lesquels des violences conjugales étaient avérées ou soupçonnées au cours de l’interrogatoire. Les objectifs secondaires étaient de décrire la sous-population de patients acceptant le signalement au Procureur de la République et les facteurs associés à l’acceptation du signalement. Matériel et méthodes : Il s’agissait d’une étude observationnelle, prospective, monocentrique sur une période de six mois. Si les patients acceptaient l’étude, un questionnaire était renseigné avec recueil des informations relatives aux faits rapportés, aux antécédents et aux données issues de la consultation aux urgences. Résultats : Quarante-sept patients ont été inclus, avec un âge moyen de 34 ans, et 46 était des femmes. Trente-trois (70 %) ont accepté le signalement. Dans le groupe « Accepte », l’âge était plus élevé ( p < 0,001), et l’abus d’alcool par le conjoint était plus fréquent ( p = 0,045). Les fractures n’étaient présentes que dans le groupe « Accepte ». Dans le groupe « Refuse », le premier enfant était plus jeune ( p = 0,007), et les antécédents de violence conjugale par un autre agresseur étaient plus fréquents ( p = 0,025). En analyse multivariée, seuls l’âge et le souhait de porter plainte restaient significativement associés au signalement ( p = 0,006 et p = 0,03 respectivement). Conclusion : Cette étude a montré que le signalement avait un taux d’acceptation élevé parmi les victimes, facilitant le processus judiciaire, et a permis d’identifier les facteurs associés au refus de signalement.
No file

Dates and versions

hal-04049992 , version 1 (29-03-2023)

Identifiers

Cite

C. Edange, A. El Adli, A. Thierry, S. Gennai. Signalement des violences conjugales aux urgences d’un centre hospitalier universitaire. Annales françaises de médecine d'urgence, 2023, 13 (1), pp.3-9. ⟨10.3166/afmu-2022-0467⟩. ⟨hal-04049992⟩

Collections

URCA P3CELL
37 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More