Skip to Main content Skip to Navigation
Book sections

À la surface de l’image : l’inscription comme indice de la matérialité de la peinture

Résumé : Dans les traités d'art de la Renaissance, la surface fait partie de la définition de la peinture. Cependant, la surface n'est là que pour s'effacer devant l'imitation du visible. Selon la conception du tableau-fenêtre, qui prédomine depuis l'invention de la perspective illusionniste dans les années 1420, la surface du tableau se veut transparente et invisible, ouvrant sur un prolongement de l'espace réel. Cette idée entre directement conflit avec la conception du tableau comme une surface opaque, la plus visible possible, qui prévalait dans le gothique international.
Document type :
Book sections
Complete list of metadatas

https://hal.univ-reims.fr/hal-02921139
Contributor : Bu De Reims Champagne-Ardenne <>
Submitted on : Monday, August 24, 2020 - 9:00:13 PM
Last modification on : Tuesday, August 25, 2020 - 3:30:25 AM

Identifiers

Collections

Citation

Emmanuelle Hénin. À la surface de l’image : l’inscription comme indice de la matérialité de la peinture. Dekoninck, Ralph; Guiderdoni-Bruslé, Agnès; Kremer, Nathalie. Aux limites de l’imitation : l'"ut pictura poesis" à l'épreuve de la matière, XVIe-XVIIIe siècles, 342, Brill | Rodopi, pp.51-67, 2009, Faux titre, ISSN 0167-9392, 978-90-420-2751-0. ⟨10.1163/9789042027527_005⟩. ⟨hal-02921139⟩

Share

Metrics

Record views

14