Barbarie, émotion et altérité : les affects « excessifs » de la slavité fin-de-siècle dans Les Noronsoff de Jean Lorrain - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles AUC Philologica Year : 2018

Barbarie, émotion et altérité : les affects « excessifs » de la slavité fin-de-siècle dans Les Noronsoff de Jean Lorrain

(1)
1

Abstract

Parmi les émotions collectives qui traversent le XIXe siècle français, on peut citer la peur, qui se traduit notamment par le mythe des invasions barbares. L’opposition érigée entre « civilisés » et « barbares » repose en bonne partie sur l’excès et le désordre émotionnels dont ces derniers se rendraient coupables. Jean Lorrain, dans son roman Les Noronsoff (1902), donne à la barbarie fin-de-siècle le visage de la slavité russe, comique et pathétique dans son outrance. Ce choix de la slavité, définie dans l’idéologie biologisante de l’époque comme une race déficiente ontologiquement et sujette à l’imitation et la métamorphose, illustre la fluctuation entre identité (civilisée) et altérité (barbare). La barbarie slave, qui conjoint les deux versants, extérieur et intérieur, de la barbarie (mythe des invasions étrangères, et intériorisation de la barbarie), révèle la crainte et la fascination que suscite le spectacle de flux émotionnels non canalisés, qui constituent un trouble miroir de soi.
Fichier principal
Vignette du fichier
Barbarie.Lorrain.Gauthier - texte.pdf (741.83 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Publisher files allowed on an open archive

Dates and versions

hal-02872134 , version 1 (16-12-2020)

Licence

Attribution - CC BY 4.0

Identifiers

Cite

Cécile Gauthier. Barbarie, émotion et altérité : les affects « excessifs » de la slavité fin-de-siècle dans Les Noronsoff de Jean Lorrain. AUC Philologica, 2018, La rhétorique de la vie affective : susciter, comprendre et nommer les émotions, 3, pp.119-130. ⟨10.14712/24646830.2018.41⟩. ⟨hal-02872134⟩
42 View
46 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More